Skip links

Muere, monstruo, muere

Muere, monstruo, muere

Alejandro Fadel

Metaphysical Monster Movie

Argentina, France, Chile, 109', vo SPA, sub FRA/ENG, 16 ans

Cast: Esteban Bigliardi, Francisco Carrasco, Tania Casciani

Le film
Le corps d’une femme décapitée est retrouvé au milieu d’un troupeau de moutons. Le mari d’une seconde victime est accusé des meurtres et se retrouve interné dans un hôpital psychiatrique. Clamant son innocence, il prétend qu’un monstre est le vrai coupable. L’officier en charge de l’enquête, qui se trouve être également l’ancien amant de la défunte, commence progressivement à croire à cette histoire lorsque d’autres crimes similaires sont commis. Pendant qu’il investigue, le principal suspect continue d’entendre une mystérieuse voix lui répéter en boucle : « Meurs, monstre, meurs »…

Démarrant comme un polar, Muere, Monstruo, Muere développe une ambiance angoissante qui colle à la peau. Plongeant dans l’esprit torturé du protagoniste, le récit embrasse pleinement les hallucinations dont il est victime et instille progressivement un puissant sentiment de peur. Incarnation d’une violence sociale bien réelle, le monstre est aussi insaisissable qu’implacable. Sa traque se transforme alors en une terrifiante descente dans l’antre de la folie. 

Le réalisateur
Diplômé de l’Université du cinéma de Buenos Aires, Alejandro Fadel signe son premier long métrage en 2005 avec El Amor – primera parte, qu’il coréalise avec Martín Mauregui. En parallèle, il suit une carrière de scénariste, écrivant notamment trois scripts pour Pablo Trapero : Leonera (2008), Carancho (2010) et Elefante Blanco (2012). En 2012, il met seul en scène Los Salvajes, dont la réputation retentit à l’international. Muere, Monstruo, Muere est le second film qu’il écrit et réalise lui-même.