Skip links

< International Competition

Daniel Isn't Real

Adam Egypt Mortimer

Bloody Friendship

United States, 2019, 99'

en sub fr, 16a

8.7, Arcades, 17:00

11.7, Passage 1, 22:15

Le film

Lorsque son ami imaginaire d'enfance ressurgit, un collégien vivant une période difficile y voit le moyen de se ressaisir. Mais les deux ne souhaitent pas tout à fait la même chose...

Lorsqu’il a huit ans, Luke s’invente un ami imaginaire, Daniel, qui l’aide à surmonter le divorce de ses parents. Mais lorsque Daniel semble développer une volonté propre, le petit garçon doit se résoudre à s’en séparer et l’enferme au plus profond de son esprit. Dix ans plus tard, alors qu’il vient d’entrer à l’université, Luke est à nouveau en proie à des difficultés psychologiques. C'est ce moment que Daniel choisit pour sortir du placard et pour le confronter à ses pulsions les plus sombres.

Porté par un étonnant Patrick Schwarzenegger (fils de l’inénarrable Arnold), le second film d’Adam Egypt Mortimer s’impose comme un véritable grand huit aussi halluciné qu’hallucinant. En suivant l'évolution mentale de son protagoniste, Daniel Isn't Real bascule progressivement du thriller psychologique à l'horreur fantastique, tout en se dirigeant vers un final dantesque aux proportions cauchemardesques. Préparez-vous pour une plongée haletante au cœur de la folie !


Réalisateur/trice

En quelques films seulement, Adam Egypt Mortimer montre un goût affiché pour l'horreur. Après le slasher nurnaturel Some Kind of Hate (NIFFF 2015) et le segment « New Year’s Eve » de l’anthologie horrifique Holidays (2016), il signe avec Daniel Isn’t Real son second long-métrage. Il adapte ici le roman L’Innocence (In This Way I Was Saved) de Brian DeLeeuw, avec qui il coécrit le film. En parallèle, Mortimer s'est également signalé dans la bande dessinée en signant le scénario de Ballistic (2015).

World Sales :

Voltage Pictures

cast :

Andrew Ayala, Patrick Schwarzenegger, Katie Chang

Crew :
  • Music : Clark
  • Cinematographer : Lyle Vincent
  • Editor : Brett W. Bachman